• Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    -5° ce matin en Auvergne..

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018

    les anciennes Halles de Lempdes

    Randonnée.Lempdes sur Allagnon.19.02.2018


    7 commentaires
  • Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Au centre du village de Saint-Amand-Tallende, fief des La Tour d’Auvergne, se dresse le château de Murol, appelé parfois de la Tour Fondue. Un corps de logis (face est) est flanqué de deux ailes, l’une au sud, surmontée d’échauguettes et surplombant la vallée de la Monne. L’autre au nord intégrant une tour d’angle, une entrée latérale face au village et le chœur d’une église romane. Une galerie reposant sur un arc gothique, de style Troubadour, relie les deux ailes au-dessus de la cour, qui est l’ancien cimetière. L’intérieur est également décoré en style néo-gothique, avec un escalier interne en vis et à claire-voie. Mentionnée dès 1262 comme appartenant à Bertrand de La Tour, une maison-forte est désignée comme "forteresse de d’église de Saint Amant", car attenante à l’église utilisée pour le service paroissial. Cette église fortifiée et crénelée, telle qu’elle apparaît sur l’armorial de Guillaume de Revel, a d’abord appartenu à la famille de Monton ou de l’Église, puis aux Paulhac, avant de passer par mariage aux Murol, qui donnèrent alors leur nom à la maison-forte contiguë.

    Celle-ci a peut-être été restaurée en 1390 par Jean de Murol, évêque de Genève en1378 et mort en 1397. En 1411 Guillaume de Murol obtient l’accès direct à l’étage supérieur de l’église, qui compte trois niveaux. Le château passe ensuite aux Saint-Avit, puis aux Le Loup. En 1629, il est vendu à Annet Bouchard, conseiller au présidial. En 1762, l’unique héritière se marie avec Gilbert Cousin de La Tour Fondue. Au XIXe siècle, tandis que la nef romane est détruite et qu’une nouvelle église est construite, l’architecte Bruyère réalise une importante restauration pour Anatole Cousin de La Tour Fondue, qui la vend à René Giscard en 1918. Martial Giscard se marie en 1918 avec Gilberte Cousin de La Tour Fondue, fille de Lucie-Madeleine d'Estaing. Leur fils Théodore aura trois enfants, Valéry, Philippe et Joseph. René et Edmond, enfants de Valéry et Henri, fils de Joseph, ne pouvant relever le nom de La Tour Fondue de leur ancêtre, sont alors autorisés à s’appeler Giscard d'Estaing par décret du Conseil d'Etat du 17 juin 1922. L’ancien président de la République est le second enfant d’Edmond.

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Le château de Saint Saturnin  a été bâti, au XIIIème siècle, sur une coulée de lave surplombant un ravin, position stratégique idéale pour les seigneurs qui l'occupaient au Moyen-âge. Il connut d'illustres occupants : fief de la famille de la Tour d'Auvergne, il appartint également aux reines Catherine de Médicis, à la reine Margot (qui y fut un moment emprisonnée), puis au roi Louis XIII, ainsi qu'à la famille De Broglie.

    Après la révolution, le château connut des heures sombres : au XIXème siècle, il fut morcelé en propriétés agricoles. Puis, la congrégation Saint-Vincent de Paul en racheta une partie pour y fonder un orphelinat. Abandonné, le château semblait voué à un abandon total. Il y a douze ans, le château fut racheté par des propriétaires privés qui tentèrent de le faire revivre et le faire ainsi découvrir au public.

    Dans le cadre d'un des cinquante plus beaux villages de France, avec une église romane majeure, c'est un exemple parfait de grand château médiéval. L'importante forteresse édifiée en 980, témoigne de l'architecture du Moyen Âge et son souci de défense (triple enceinte, remparts et tours à créneaux). Les corps de logis furent édifiés au XIIIème siècle, puis de des ailes furent rajoutées aux XIVème et XVème siècles.

    Habité par ses nouveaux propriétaires, il s’ouvre maintenant à quelques privilégiés grâce à ses suites et chambres d’hôtes de charme auxquelles on accède par la cour d’honneur. Baignées d’histoire et havres de paix, elles jouissent de vues merveilleuses et uniques sur la cour d’honneur, le parc ou le village et son église –une des cinq églises romanes majeures d’Auvergne. Elles font de cette demeure seigneuriale une véritable maison d’hôtes de charme...

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    L’église Romane

     Construite au XIIe siècle, l’église de Saint-Saturnin est la plus petite des cinq églises romanes majeures d’Auvergne.

    Elle se distingue par l’absence de chapelles rayonnantes autour du chevet.
    La forme pyramidale de l’ensemble mène le regard vers le ciel par l’intermédiaire du massif barlong et du clocher octogonal.
    C’est sur le chevet, le massif barlong, les transepts et les murs latéraux que se concentrent les décors : arcatures,
    frises en damiers et grandes rosaces.
    Elles utilisent l’alternance de deux pierres très répandues dans la région que sont la lave noire et l’arkose.
    L’intérieur très clair est remarquable, par l’harmonie des proportions et par l’intérêt architectural et symbolique.
    On observera les chapiteaux d’une belle sobriété, décorés de feuillages à l’exception de quatre d’entre eux, au nord,
    qui comportent également des personnages et des animaux.
    Une peinture murale du début du XVIe siècle représentant l’Annonciation et, ce qui est plus rare,
    la résurrection de Lazare, est encore visible dans la deuxième travée nord du bas-côté.
    La crypte présente une superbe pietà du XVe siècle.

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques

    le Puy de Dôme enneigé

    Randonnée.Saint Amant de Tallende.14.02.2018.Photos Martine,Roland et Jacques


    8 commentaires
  •  

     

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    le château de Parentignac (devenu Parentignat au XIXe siècle) est acheté, le 23 octobre 1707, par Jean-Antoine de Lastic, prieur de Bredon, et son neveu, François II de Lastic, aux héritiers de Maximilien de Sommyèvre.

    À cette époque, le château, en mauvais état, était un quadrilatère flanqué de quatre tours.

     

    À la mort du prieur, Anne-François II devient l'unique propriétaire du château. Il décide alors d'entamer la campagne de travaux qui donne au château l'aspect qu'on lui connaît aujourd'hui. Entre 1710 et 1714, il entreprend de racheter le village qui était regroupé autour du château. Il va signer plus de 170 contrats de vente. La maison forte qui existait au XVe siècle est intégrée dans l'aile gauche de la nouvelle demeure, avec deux de ses quatre tours. Pour relier les deux ailes, un corps de logis orné d'un fronton triangulaire est bâti à l'est, à la même époque.

     

    Anne-François II meurt en 1749 et laisse le château à son fils, Anne-François III. Ce dernier est un militaire participant à de nombreuses campagnes. Il est nommé lieutenant-général des armées du roi le 25 juillet 1762. Après avoir laissé le château à l'abandon pendant un demi-siècle, le marquis entreprend de le rénover entre 1768 et 1770.

     

    En 1771 le château est le séjour du maréchal de La Fayette. Anne-François III meurt le 23 août 1772.

     

    Lui succède son fils, Anne-François IV. Après quelques années de carrière militaire, le comte de Lastic revient au château en 1779. Il le retrouve en mauvais état. Il entreprend de remettre en état « sa retraite philosophique ». Il transforme le château et termine les travaux intérieurs. Il termine également la façade sur le parc, remanie les jardins, transforme et aménage les appartements dans le style de l'époque. Il construit un « Trianon » près du moulin. Pour réaliser un nouvel escalier d'honneur, refaire les dallages et les cheminées des petits appartements, il achète la carrière de marbre de Nonette.

     

    Il est nommé lieutenant-général des armées du roi le 1er janvier 1784. Ouvert aux idées révolutionnaires, il est nommé commandant de la Garde nationale d'Issoire et le 10 janvier 1792 « chef de légion dans la Garde Nationale de Clermont-Ferrand ». Le 7 mai 1792, il est rappelé par le ministère de la Guerre et reçoit une commission de lieutenant-général dans l'armée du Nord le 11 mai. Malade, il demande et obtient de retourner dans son château de Parentignat , où il revient après la chute de Robespierre et meurt le 12 septembre 1794.

     

    Le domaine et le château, où sera installée une fabrique de salpêtre, ne souffrent pas de l'épisode révolutionnaire; son mobilier est préservé.

     

    Le comte n'ayant pas eu d'héritier mâle, c'est sa petite-fille Octavie qui hérite du château; elle se marie avec son cousin éloigné, Joseph, de la branche dite de Vigouroux. À la tête d'un domaine foncier amoindri et par souci d'économie Joseph et Octavie vont transformer les jardins "à la Française" en parc "à l'Anglaise"; ils sont respectivement chambellan et dame du Palais de l'impératrice Joséphine, qui leur offrit un tulipier qui sera planté dans le parc.

     

    Au début du XXe siècle, le château est surnommé « Petit Versailles auvergnat » par l'écrivain Henri Pourrat, né à Ambert.

     

    Les marquis de Lastic assureront la restauration et la conservation du château dans les années 1970 et 1990.

     

    Cet édifice fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 5 juin 1972.

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Les Perces-neige

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018

    Randonnée à Parentignat.12.02.2018


    9 commentaires
  • Panorama de Beaulieu sous la neige .10.02.2018


    7 commentaires
  • Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    un clin d’œil à Robert pour Mitzi

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018

    Randonnée à Issoire.07.02.2018


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires